Show simple item record

dc.contributor.authorRozier, Sabine
dc.date.accessioned2011-11-08T11:24:50Z
dc.date.available2011-11-08T11:24:50Z
dc.date.issued2009
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/7414
dc.description.abstractfrDepuis les années 1970, en France, les organisations représentatives du patronat n’ont de cesse de dénoncer l’existence, dans l’opinion publique, d’une mauvaise image des entreprises et des milieux économiques, en en attribuant notamment l’origine à la faible culture économique supposée des Français. Cette communication a pour objectif d’analyser les conditions dans lesquelles « l’insuffisante connaissance de l’économie » des Français et, plus généralement leur désamour envers l’entreprise (Chatel, 2008), ont été progressivement constitués, au cours des années 1990-2000, en problème social, puis en problème politique légitime et enfin institutionnalisés. Elle vise plus particulièrement à rendre compte de l’action menée par les représentants des plus grands groupes français, au sein d’une association (l’Institut de l’Entreprise, IDE), créée en 1975, pour « mettre en évidence le rôle positif que joue l’entreprise dans notre société ». Cette communication s’attachera notamment à identifier les conditions les plus propices à la diffusion de diagnostics de l’IDE et à l’adoption éventuelle, par le pouvoir politique, de mesures que préconisent ses porte-parole. Une attention particulière sera ainsi portée aux liens noués par cette association avec la haute fonction publique, les milieux académiques et le monde journalistique. L’enquête s’appuie sur une campagne d’entretiens, l’observation de manifestations et l’examen d’un corpus documentaire.
dc.language.isofren
dc.subjectGrands dirigeants françaisen
dc.subjectAction collectiveen
dc.subjectElites économiquesen
dc.subject.ddc306.3en
dc.titleL’influence en actes : enquête sur la contribution d’un cercle de grands dirigeants français à la promotion d’une vision “positive” des entreprisesen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.description.abstractenSince the years 1970, in France, employers representatives denounce the bad image of the companies and economic actors in the public opinion. They attribute it to the supposed weak economic culture of the French. This communication aims to analyze how “the insufficient knowledge of the economy” of the French and, more generally their désamour towards firms (Chatel, 2008), was gradually made up, during years 1990-2000, in social problem, then in legitimate political problem and finally institutionalized. It intends to analyze the action of the French big companies representatives, in particular one of their groups (l’Institut de l’Entreprise, IDE), created in 1975, “to highlight the positive role of firms in our society”. This communication will identify the conditions favourable to the diffusion of the IDE’s diagnoses and the possible adoption, by the political responsibles, of measures recommended by its spokesmen. A special attention will be paid to the links tied by this association with high civil servants, the academic and the journalistic spheres. The investigation consists in interview, observation of meetings, and examination of a documentary corpus.
dc.identifier.citationpages28en
dc.relation.ispartofseriestitleST 33 : "L’action collective des élites économiques"
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelSociologie économiqueen
dc.relation.conftitleXème Congrès de l'Association Française de Science Politiqueen
dc.relation.confdate2009


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record