Show simple item record

hal.structure.identifier
dc.contributor.authorQuinchon-Caudal, Anne*
dc.date.accessioned2011-10-21T13:39:00Z
dc.date.available2011-10-21T13:39:00Z
dc.date.issued2012
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/7292
dc.description.abstractfrConfrontés à une série de crises économiques et politiques souvent violentes, de nombreux Allemands de l’époque wilhelmienne et de l’entre-deux-guerres cherchèrent une voie de salut dans un contact renouvelé avec la Nature. Les colonies rurales se multiplièrent jusqu’à l’accession des nazis au pouvoir. Elles avaient un double objectif : nourrir ces hommes et ces femmes qui avaient fui la ville en période de crise économique, mais aussi tenter d’instaurer un nouvel ordre économique et social, une troisième voie plus juste, qui se situerait entre capitalisme et socialisme. Si l’on se penche plus particulièrement sur les communautés rurales de la droite « völkisch » (populiste), on constate chez elles l’émergence d’une pensée de plus en plus eugéniste et raciste. Face à la menace supposée de l’explosion des masses urbaines dégénérées et de l’invasion de populations étrangères – juives et slaves en particulier –, le retour à la terre apparaît comme un retour aux sources de la vraie germanité, à un ordre des choses plus conforme à la nature de l’Homme allemand, à son essence véritable. De fait, si depuis l’invasion napoléonienne, être allemand dans un pays aux frontières fluctuantes signifiait parler allemand (pensons à Fichte et à Wagner), c’est une nouvelle définition de l’appartenance ethnique qui se dessine ici : être allemand, ce serait être ethniquement conforme au sol sur lequel on est né ― une définition qui mène progressivement au culte du sang et du sol qui, sous le Troisième Reich, opposera un Juif toujours errant, et donc sans culture (« Kultur »), au paysan nordique qui tire sa grandeur de sa terre natale.en
dc.language.isofren
dc.subjectgermanitéen
dc.subjectretour à la natureen
dc.subjectcolonies ruralesen
dc.subjectculture de la terre en Allemagne
dc.subject.ddc940en
dc.title« Revenons à la glèbe ! » – Le culte de la terre comme réaction aux crises économiques et culturelles en Allemagne (années 1880 – 1930)en
dc.typeCommunication / Conférence
dc.relation.isversionofjnlnameCahiers du CICLaS
dc.relation.isversionofjnlissue15
dc.relation.isversionofjnldate2012
dc.relation.isversionofjnlpages21-37
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelHistoire de l'Europeen
dc.relation.conftitleCrise et culture / Crisis and Cultureen
dc.relation.confdate2011-09
dc.relation.confcityParisen
dc.relation.confcountryFranceen
hal.author.functionaut


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record