Show simple item record

dc.contributor.authorDe Barros, Françoise
dc.contributor.authorHmed, Choukri
dc.date.accessioned2011-10-03T09:08:29Z
dc.date.available2011-10-03T09:08:29Z
dc.date.issued2008-09
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/7076
dc.description.abstractfrÀ partir de 1952, des « administrateurs des services civils d’Algérie », corps administratif formé par et pour la colonisation en Algérie, « immigrent » en métropole en même temps que les Algériens, pour « encadrer » et contrôler ces derniers. Détachés dans des préfectures métropolitaines mais aussi dans certains services ministériels ou au sein de sociétés d’économie mixte, ils développent des stratégies afin de valoriser leur statut et leurs compétences au sein de l’administration métropolitaine avant, pendant et après la guerre d’Algérie. Un certain nombre d’entre eux sont ainsi parvenus à se reconvertir dans des secteurs d’intervention publique distincts de la colonisation. À tous égards, ce groupe de 42 administrateurs d’un corps qui en compte environ 250 à cette époque rassemble donc des cas de carrières coloniales a priori isolés et particuliers. À rebours de cette vision d’un corps disséminé, cette communication propose un premier dépouillement des dossiers de carrières de ces cas singuliers afin d’identifier les dynamiques sociales de leurs trajectoires autant sous leur angle professionnel (qualifications initiales, types de postes occupés, types de « compétences professionnelles » revendiquées et/ou attribuées, groupe générationnel, etc…) que social (groupe social d’origine, liens familiaux avec la société coloniale…). Cette première approche d’un corps administratif consubstantiel de la colonisation en Algérie ne vise en effet pas tant à proposer un début de prosopographie statistiquement représentative mais plutôt d’ébaucher de premières hypothèses sur la question plus générale des interactions entre administrations coloniales et métropolitaines : dans quelle mesure les reconversions d’une administration à l’autre sont-elles possibles ? Les « vocations coloniales » ne naissent-elles que dans les territoires et milieux sociaux concernés ? Comment les circulations en cours de carrière peuvent-elles se développer ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront posées à cette source, avec l’hypothèse – fondée sur les résultats de travaux antérieurs – que les réponses mettront à chaque fois en évidence une diversité des modes impériaux d’administration dans les contours mêmes de ce groupe administratif.en
dc.language.isofren
dc.subjectDécolonisationen
dc.subjectSociété colonialeen
dc.subjectServices civilsen
dc.subjectColonisation en Algérieen
dc.subject.ddc325en
dc.titleLes administrateurs des services civils d'Algérie en métropole après la Seconde guerre mondiale : un cas de circulations administratives impériales en contexte de décolonisationen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelMigrations internationalesen
dc.relation.conftitleXIIe Rencontres internationales « Politiques et pratiques coloniales dans les empires allemand et français, 1880-1962 »en
dc.relation.confdate2008-09
dc.relation.confcityBerlinen
dc.relation.confcountryAllemagneen


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record