Show simple item record

dc.contributor.authorRoubaud, François
dc.contributor.authorRakotomanana, Faly
dc.contributor.authorGautier, Jean-François
dc.date.accessioned2010-10-25T15:26:29Z
dc.date.available2010-10-25T15:26:29Z
dc.date.issued2001
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/4974
dc.descriptionEdité dans la série des Documents de travail du DIAL (n° DT/1999/10) sous le titre "L’impôt sur les facteurs de production est-il une solution pour fiscaliser les entreprises informelles ?"
dc.description.abstractfrLes réformes de la fiscalité directe dans les pays en développement se sont attachées à simplifier et à accroître la base d’imposition des impôts sur les sociétés. L’introduction d’impôt synthétique assis sur les facteurs de production et visant les entreprises informelles a été la réponse apportée au problème. Les qualités théoriques de cet impôt (incitation à la production, caractère progressif) s’avèrent moins évidentes dans la réalité. L’estimation du chiffre d’affaires en fonction des facteurs de production est hasardeuse du fait des caractéristiques du processus de production des micro-entreprises dans les PED. De nos simulations sur Madagascar, il ressort que les effets incitatifs à la production (incidence positive) de l’impôt semblent assurés. En revanche, l’existence de rendements d’échelle croissant au sein du secteur produit des effets régressifs.en
dc.language.isofren
dc.subjectimpôt sur les sociétésen
dc.subjectfiscalitéen
dc.subject.ddc336en
dc.subject.classificationjelH25en
dc.titleLa fiscalisation du secteur informel : recherche impôt désespérémenten
dc.typeArticle accepté pour publication ou publié
dc.description.abstractenMany fiscal reforms in LDC’s have relied on the introduction of a presumptive tax. Aims were to simplify the tax system and to enhance the fiscal base by introducing previously informal enterprises. Theoretical qualities of positive incidence and of redistribution effects have been shown, but empiricism seems to be not so trivial. Simulation of the reform in Madagascar confirms the positive incidence of presumptive taxation on production incitements. Nevertheless, because of technical difficulties, economies of scale in the production process are poorly incorporated in our estimations. A simulation then produces a negative distributive impact of the tax.en
dc.relation.isversionofjnlnameRevue Tiers Monde
dc.relation.isversionofjnlvol42
dc.relation.isversionofjnlissue168
dc.relation.isversionofjnldate2001
dc.relation.isversionofjnlpages795-815
dc.relation.isversionofdoihttp://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_1293-8882_2001_num_42_168_1550
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelEconomie publiqueen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record