Show simple item record

dc.contributor.authorRamond, Olivier
dc.contributor.authorEscaffre, Lionel
dc.date.accessioned2009-06-24T15:16:10Z
dc.date.available2009-06-24T15:16:10Z
dc.date.issued2007
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/463
dc.description.abstractfrSelon le principe de continuité d'exploitation, une entreprise est réputée être en continuité d'activité en l'absence de toute information permettant d'établir le contraire. Durant les trente dernières années, la littérature académique s'est efforcée d'étudier les informations aidant potentiellement au travail d'appréciation du risque de défaut d'une entreprise. Ces travaux se sont souvent révélés prolifiques en utilisant initialement des modèles comptables et plus récemment une approche optionnelle. Néanmoins, la transition des normes françaises vers le référentiel IFRS au 1er janvier 2005 peut avoir impacté cette méthodologie. A l'aide d'un échantillon d'entreprises industrielles françaises constitutives de l'indice SBF 120, cette étude examine, à partir d'une analyse exploratoire fondée sur les sensibilités, l'impact de la transition au référentiel IFRS sur l'estimation du risque de défaut telle qu'approximée par les principaux modèles comptables (Altman (1968) ; Ohlson (1980) et Zmijewski (1984)) et optionnels (Merton (1974) et Vassalou et Xing (2004)). Les résultats empiriques indiquent que ceteris paribus l'application des normes IFRS par les sociétés cotées échantillonnées a, enmoyenne, diminué, de manière significative, cette estimation. Nous en concluons qu'à l'opposé des normes françaises reposant sur une approche redditionnelle de la comptabilité, le référentiel IFRS fondé sur une approche prospective implique une nécessaire révision des hypothèses sous-jacentes aux modèles prédictifs du risque de défaut.en
dc.language.isofren
dc.subjectRisqueen
dc.subjectInformation comptableen
dc.subjectTransition IAS-IFRSen
dc.subjectFranceen
dc.subjectPrise de décisionen
dc.subject.ddc657en
dc.subject.classificationjelD81en
dc.subject.classificationjelM41en
dc.titleAnalyse de l'impact des normes IFRS sur l'estimation du risque de défaillance des groupes cotés: une étude exploratoire du marché françaisen
dc.typeArticle accepté pour publication ou publié
dc.contributor.editoruniversityotherUniversité d'Angers;France
dc.description.abstractenUnder the going concern principle, an entity is considered as a going concern in the absence of information proving the contrary. Over the last thirty years, researchers have extensively examined the information relevant to default risk assessment. These empirical works have turned to be highly conclusive while first adopting accounting-based and more recently option-pricing based approaches. However, the 2005 transition from French GAAPs towards IFRS framework may have impacted the valuation methodologies documented previously. Using a sample made of SBF 120 industrial companies, this study examines the impact of the IFRS transition on the default risk assessment as gauged by the main accounting-based (i.e. Altman (1968) ; Ohlson (1980) and Zmijewski (1984)) and option-based models (i.e. Merton (1974) and Vassalou et Xing (2004)). Our empirical results suggest that ceteris paribus sampled listed firms exhibit on average a significant smaller default risk estimation under IAS than under French GAAPs. This finding underlines the fact that contrary to reddition-oriented French GAAPs, the transition to the prospective-based IFRS standards necessarily implies a reconsideration of the hypotheses underlying the common default risk models.en
dc.relation.isversionofjnlnameComptabilité Contrôle Audit
dc.relation.isversionofjnlissue13en
dc.relation.isversionofjnldate2007-12
dc.relation.isversionofjnlpages269-295en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.relation.isversionofjnlpublisherVuiberten
dc.subject.ddclabelContrôle de gestion Comptabilitéen


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record