Show simple item record

dc.contributor.authorBerthon, Boris
dc.date.accessioned2010-01-25T14:33:18Z
dc.date.available2010-01-25T14:33:18Z
dc.date.issued2003
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/3121
dc.description.abstractfrLa transversalité conceptuelle du transfert intra-organisationnel de connaissance ne manque pas de troubler le chercheur, qui tantôt y verra un processus d’apprentissage social et émergent, tantôt un processus formalisé, instrumentalisé dans le cadre d’un projet. Face à ce constat et un intérêt grandissant pour la connaissance organisationnelle appréhendée comme ressource stratégique durable de l’organisation, Argote & Ingram (2000) proposent un cadre conceptuel embrassant les dimensions sociale, politique, technologique et organisationnelle du transfert aussi bien à un niveau individuel que collectif. Ils proposent ainsi de voir le transfert comme un déplacement et/ou une modification des combinaisons de réservoirs génériques de connaissance de la firme que sont ses acteurs, ses technologies et ses tâches. Au travers d’un cas d’entreprise et d’une démarche qualitative par entretiens semi-directifs, nous proposons une illustration de cette approche en soulignant la complémentarité dynamique des deux types de transfert s’appuyant sur une organisation sociale différente. Le premier formalisé, instrumentalisé à un niveau organisationnel, est le fruit du réseau mis en place pour la gestion du projet, efficace pour transférer des connaissances non ambiguës. Le second, aléatoire, émergent, supplée le premier, reposant sur une organisation recréant les conditions d’interactions sociales propres à la création collective d’une connaissance ambiguë, complexe, proche de l’original, nécessitant une base commune de compréhension. Au travers de cette communication, nous souhaitons encourager une approche globale du transfert tenant compte de sa complexité dans un souci de réalisme scientifique. Elle suppose une hétérogénéité des champs théoriques mobilisés en se souciant de leur compatibilité. Elle nous semble aujourd’hui capitale dans la recherche d’une compréhension fine et exhaustive de phénomènes organisationnels aussi complexe que le transfert de connaissance.en
dc.language.isofren
dc.subjectTransferten
dc.subjectConnaissance organisationnelleen
dc.subjectRéseauen
dc.subjectRelation intra-organisationnelleen
dc.subjectréservoiren
dc.subjectcognitionen
dc.subjectapprentissageen
dc.subject.ddc658.4en
dc.subject.classificationjelL12en
dc.subject.classificationjelM1en
dc.titlePour une approche globale du transfert de connaissance : une illustration empirique à l'intra-organisationnelen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.identifier.citationpages36en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelDirection d'entrepriseen
dc.relation.conftitleXIIème Congrès de l'AIMSen
dc.relation.confdate2003-06
dc.relation.confcityCarthageen
dc.relation.confcountryTunisieen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record