Show simple item record

dc.contributor.authorLéger-Jarniou, Catherine
dc.date.accessioned2009-06-15T08:35:55Z
dc.date.available2009-06-15T08:35:55Z
dc.date.issued2008-05
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/267
dc.descriptionNuméro de : "Marché et organisations : cahiers d'économie et de gestion de la Côte d'Opale", ISSN 1953-6119, n°6, 2008en
dc.description.abstractfrIl est reconnu que les entreprises qui ont bénéficié d’un appui pendant leur création sont plus pérennes que les autres entreprises et que de plus, cet appui a un effet positif sur le développement et la rentabilité des jeunes entreprises. De ce fait, en France et dans le monde entier, le nombre de structures d’accompagnement à la création d’entreprise a considérablement augmenté, au gré de l’intervention plus ou moins appuyée des pouvoirs publics. En conséquence, ces structures se livrent une concurrence acharnée pour attirer les créateurs qui, eux, se trouvent noyés dans une complexité qui les dépasse. De plus, à côté de l’accompagnement dit professionnel, on observe que l’accompagnement non professionnel (famille et collègues) est souvent plus sollicité que le premier. On assiste donc à un paradoxe. D’une part, on sait que l’accompagnement favorise la création dans de bonnes conditions de rentabilité et de pérennité ; c’est pourquoi les pouvoirs publics encouragent le développement de ces structures. D’autre part, on observe que les créateurs font assez peu appel à ces structures et même que certains refusent leur aide. En effet, un tiers des créateurs dit n’avoir bénéficié ou sollicité aucun appui (Oséo, 2003). C’est à ces derniers créateurs que cette étude est consacrée pour tenter de comprendre cette « non-rencontre » alors que tout est organisé pour que la rencontre ait lieu. La première partie sera consacrée à l’accompagnement, sa signification et son rôle dans la société ainsi que la relation entre les créateurs et ces structures d’accompagnement et notamment on s’intéressera à ceux qui ne bénéficient pas d’accompagnement. La seconde partie sera consacrée à l’enquête qui a été réalisée auprès de créateurs pour comprendre pour quelles raisons ils ne souhaitaient pas se faire accompagner dans leur processus de création. Les résultats de cette enquête permettront de faire des propositions comme la remise en cause du rôle des accompagnateurs et un besoin de segmentation de l’accompagnement pour répondre au plus près aux besoins réels des créateurs.en
dc.language.isofren
dc.subjectEntrepreneuriaten
dc.subject.ddc658.1en
dc.subject.classificationjelL26en
dc.subject.classificationjelL53en
dc.titleAccompagnement des créateurs d'entreprise : Regard critique et propositionsen
dc.typeChapitre d'ouvrage
dc.identifier.citationpages73-97en
dc.relation.ispartoftitleEntrepreneuriat et accompagnement, Outils, actions et paradigmes nouveauxen
dc.relation.ispartofeditorKizaba, Godefroy
dc.relation.ispartofpublnameL'Harmattanen
dc.relation.ispartofpublcityParisen
dc.relation.ispartofdate2008-05
dc.relation.ispartofpages220en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelOrganisation et finances d'entreprisesen
dc.relation.ispartofisbn978-2-296-05488-2en


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record