Show simple item record

dc.contributor.authorSzpirglas, Mathias
dc.date.accessioned2009-11-27T14:08:52Z
dc.date.available2009-11-27T14:08:52Z
dc.date.issued2005
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/2560
dc.description.abstractfrCet article a pour objectif de présenter l'intérêt d'une théorie du quiproquo pour l'analyse, la compréhension et le pilotage des situations de conduite à risques. Dans cette optique, nous proposerons une nouvelle analyse d'une catastrophe bien connue : il s'agit de l'accident le plus grave de l'histoire de l'aviation civile qui a eu lieu le 27 mars 1977 sur le tarmac de l'aéroport de Tenerife. Les communications radio constituent pour l'aviation civile un outil précieux pour la coordination et la coopération entre les différents groupes d'acteurs. En cela, elles présentent un intérêt stratégique pour la gestion des risques. Pourtant dans certains cas de conduite en conditions dégradées (brouillard, stress, présent à Tenerife lors de l'accident), cet outil ne permet pas d'assurer la cohérence entre les représentations de la situation formulées par les acteurs en présence et le monde réel. La lecture de l'accident de Tenerife avec une théorie du quiproquo permet de mettre en lumière un aspect oublié dans les stratégies de gestion des risques qui est la capacité des outils à construire un monde commun en adéquation avec le réel. Pour caractériser ce manque, nous avons posé l'hypothèse que, si un quiproquo est à l'origine de l'accident, alors la phase préaccidentelle devrait en receler des traces. Dès lors, nous avons effectué une représentation synthétique des dialogues qui ont eu lieu entre les équipages et la tour de contrôle, ainsi qu'à l'intérieur de chacun des groupes pour tenter d'établir l'existence ou non, de conditions favorables à l'apparition du phénomène de quiproquo. Nous nous sommes donc intéressés à trois séries de conditions favorables à l'apparition du quiproquo : la saillance de la polysémie de l'objet du dialogue, la quantité et la qualité des échanges dialogiques. Cette représentation des dialogues de la phase préaccidentelle fait apparaître l'existence de telles conditions dans l'accident de Tenerife.Le concept de quiproquo apporte finalement à l'analyse des risques une remise en cause inattendue des systèmes de règles et des stratégies de gestion des risques. Il permet, enfin, une fois qualifiée la situation de quiproquo, de rendre actionnable la construction du sens de la situation, par l'ensemble des acteurs et de ce fait, de pouvoir piloter un processus de conception collective du sens.en
dc.language.isofren
dc.subjectStratégie face aux risquesen
dc.subjectsituations de conduiteen
dc.subjectconstruction du sensen
dc.subjectquiproquoen
dc.subject.ddc658.4en
dc.subject.classificationjelL93en
dc.subject.classificationjelL29en
dc.subject.classificationjelD81en
dc.titleUne théorie du quiproquo pour la gestion stratégique des risques : le cas de l'accident de Tenerifeen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.contributor.editoruniversityotherEcole normale supérieure de Cachan;France
dc.identifier.citationpages25en
dc.identifier.urlsitehttp://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00159115/en/en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.subject.ddclabelDirection d'entrepriseen
dc.relation.conftitleXIVème conférence de l'Association Internationale de Management Stratégique ( AIMS)en
dc.relation.confdate2005-06
dc.relation.confcityPays de la Loire, Angersen
dc.relation.confcountryFranceen


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record