Show simple item record

dc.contributor.authorBessière, Céline
dc.contributor.authorMille, Muriel
dc.contributor.authorSchütz, Gabrielle
dc.date.accessioned2019-09-10T13:08:56Z
dc.date.available2019-09-10T13:08:56Z
dc.date.issued2016
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/19762
dc.description.abstractfrCette communication s'appuie sur une enquête collective qui porte sur le traitement judiciaire des séparations conjugales. L’enquête ethnographique a commencé dans les chambres de la famille des tribunaux de grande instance et s’est poursuivie au sein des cabinets d’avocat-e-s.Au tribunal, les audiences avaient en effet donné à voir comment les vies privées des justiciables étaient mises aux normes juridiques et temporelles des affaires familiales. Nous avons alors cherché à comprendre comment pour une partie des justiciables ce "formatage" se construisait en amont,dans les cabinets des avocat-e-s.Les avocat-e-s en droit de la famille se définissent comme des "filtres". Ils et elles valorisent leur rôle d’écoute, de sélection et de régulation de l’exposition de la vie privée des justiciables.L’observation des rendez-vous avec des client-e-s dans leurs cabinets permet de montrer que les avocat-e-s en droit de la famille font bien davantage que retenir certaines informations et pas d’autres: ils et elles jouent également un rôle de normalisation juridique, mais aussi morale et sociale des histoires qui leur sont présentées. Ils et elles comparent par exemple souvent leur métier à celui d’un-e psychologue, d’un-e médecin, ou encore d’une assistante sociale. Les avocat-e-s indiquent par là qu’au delà de leur rôle d’intermédiaire du droit, leur intervention déborde largement du cadre juridique de leur mandat face à des client-e-s qui leur confient à la fois leur affaire et leur histoire intime. Face à cette remise de soi, ces professionnel-le-s du droit n'ont pas tou-te-s la même manière d’organiser leur travail ni la même capacité à se protéger de l’envahissement des client-e-s. Celle-ci dépend de leurs contraintes professionnelles (division du travail dans le cabinet, degré de spécialisation en droit de la famille), et domestiques (vie familiale,disponibilité du conjoint-e, etc.), mais aussi des caractéristiques de leur clientèle, notamment la plus ou moins grande distance sociale avec elles-eux.en
dc.language.isofren
dc.subjectséparations conjugalesen
dc.subjectenquêteen
dc.subject.ddc305en
dc.titleDu cabinet au tribunal, les avocat-e-s en droit de la famille et leurs client-e-s en
dc.typeCommunication / Conférence
dc.subject.ddclabelStructure de la sociétéen
dc.relation.conftitleJournées d’études "Sociologie historique des avocats : actualités de la recherche", Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelinesen
dc.relation.confdate2016-03
dc.relation.confcityVersaillesen
dc.relation.confcountryFranceen
dc.relation.forthcomingnonen
dc.description.ssrncandidatenonen
dc.description.halcandidateouien
dc.description.readershiprechercheen
dc.description.audienceNationalen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.date.updated2019-06-12T15:01:51Z
hal.person.labIds184082
hal.person.labIds1236
hal.person.labIds1236
hal.identifierhal-02283147*


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record