Show simple item record

dc.contributor.authorFlécher, Marion
dc.date.accessioned2019-07-22T13:19:49Z
dc.date.available2019-07-22T13:19:49Z
dc.date.issued2018
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/19288
dc.description.abstractfrLes startups sont souvent associées à des organisations déhiérarchisées, libertaires et libératrices. Si elles ne renvoient à aucune catégorie juridique ni statistique, elles semblent se présenter comme un modèle organisationnel alternatif aux grandes entreprises intégrées, où la hiérarchie et le contrôle laisseraient trop peu de place à l’autonomie, la prise d’initiative et l’épanouissement personnel au travail. En mobilisant les apports de la littérature en sociologie des organisations et en sociologie de la gestion, nous décrirons l’organisation du travail et des modes de management dans ces startups, en analysant l’effet que cela produit sur les relations de travail. Nous verrons qu’en donnant plus de liberté et de place à la coopération, ce modèle organisationnel vient limiter la contestation et modifier les formes des conflits au travail. A partir d’une enquête de plusieurs mois réalisée par observation participante dans une startup parisienne, et d’une quarantaine d’entretiens réalisés auprès de fondateurs de startups, il s’agira de mettre en évidence l’écart entre la réalité organisationnelle observée et les modes de résistance ou de non-résistance que cela peut susciter. Nous verrons notamment que les modes de management jouent de la proximité sociale et générationnelle entre les fondateurs et les équipes (jeunes, diplômées, sortant des mêmes écoles) pour pacifier - en apparence - les relations de travail. Finalement, l’idée est de comprendre comment le modèle organisationnel et le mode de management de ces startups se présente comme un modèle alternatif à celui des grandes entreprises traditionnelles, et comment ils permettent une nouvelle forme de régulation des relations et des conflits au travail. L’apparence d’horizontalité, de liberté et d’égalité dans l’organisation du travail permet-elle de réduire la contestation du modèle ?en
dc.language.isofren
dc.subjectStart-upsen
dc.subjectautonomieen
dc.subjectrelations de travailen
dc.subjecthiérarchieen
dc.subjecthorizontalitéen
dc.subjectproximitéen
dc.subjectengagement.en
dc.subject.ddc306.3en
dc.subject.classificationjelM.M5.M54en
dc.titleLiberté, égalité, horizontalité : un nouveau modèle de pacification du travail ? Enquête auprès d’une startup parisienne en
dc.typeCommunication / Conférence
dc.subject.ddclabelSociologie économiqueen
dc.relation.conftitleXVIe Journées Internationales de Sociologie du Travailen
dc.relation.confdate2018-07
dc.relation.confcityParisen
dc.relation.confcountryFranceen
dc.relation.forthcomingnonen
dc.description.ssrncandidatenonen
dc.description.halcandidatenonen
dc.description.readershiprechercheen
dc.description.audienceNationalen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.date.updated2019-06-17T15:45:38Z
hal.person.labIds184082


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record