Show simple item record

dc.contributor.authorBrailly, Julien
dc.date.accessioned2016-11-08T09:41:55Z
dc.date.available2016-11-08T09:41:55Z
dc.date.issued2015
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/15927
dc.description.abstractfrAujourd'hui, dans de nombreux pays, les programmes de télévision de quelques entreprises américaines, les Majors, sont les plus populaires auprès des téléspectateurs. Dès lors, une question se pose : dans ce contexte, comment les acteurs les moins bien dotés en termes de ressources peuvent résister aux stratégies (agressives) des plus forts ?La réponse à cette question implique de détailler le travail concret des individus. Qu'ils soient forts ou faibles, gros ou petits, novices ou expérimentés, acheteurs ou vendeurs, ces individus sont bien employés pour réaliser un travail et effectuer certaines tâches. À chacune de ces étapes, ces individus peuvent s'appuyer sur leur expérience ou sur des ressources de leur organisation. Mais ils peuvent aussi mobiliser des collègues ou des dispositifs externes à celle-ci. En étudiant la préparation du salon réalisée par ces travailleurs, nous avons vu qu’ils utilisent à la fois des ressources codifiées et relationnelles et que ce taux d'utilisation dépend du contexte organisationnel.Mais il y a plus. Une classification des individus selon les ressources mobilisées pour préparer un salon, correspond à des groupes aux réseaux égocentrés différents. La forme de ces réseaux dépend des contraintes que les individus subissent. On observe, par exemple que les individus ayant peu de ressources ont tendance à plus mobiliser leurs concurrents. Ces réseaux illustrent donc des dynamiques se jouant à deux niveaux d'action, superposés mais reliés. Ces réseaux permettent aussi d'entrevoir dans quelle mesure le contexte relationnel est à la fois le résultat et la réponse aux inégalités, multiniveaux, entre travailleurs sur la scène marchande.Ils nous permettent aussi et surtout d’explorer des mécanismes de coopération locale, c’est-à-dire des relations de type triadique à la fois multiplexes, multimilieux et multiniveaux.Si ces mécanismes de coopération locale témoignent de la dimension collective de l'apprentissage sur un marché, ils révèlent aussi des inégalités que certains essayent de compenser. Surtout, ceux qui les mobilisent le plus sont ceux qui réussissent à résister à la logique du winner-take-all des plus forts. Ainsi, contrairement à certains résultats de l'orthodoxie en théorie économique, la coopération sur la scène marchande n'est pas un danger menaçant la diversité de l'offre ou au moins le nombre d'offreurs, mais bien la condition nécessaire à ce que les plus petits puissent survivre.en
dc.language.isofren
dc.subjectRéseaux égocentréen
dc.subjectMultiniveauen
dc.subjectTravail marchanden
dc.subjectSalons et Foiresen
dc.subjectAnalyse factorielleen
dc.subject.ddc302.2en
dc.subject.classificationjelZ.Z1.Z13en
dc.subject.classificationjelL.L8.L81en
dc.titleApproche multiniveau du travail marchand : une analyse en termes de réseau égocentréen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.subject.ddclabelCommunication, mediasen
dc.relation.conftitle6ème Congrès de l'Association française de sociologieen
dc.relation.confdate2015
dc.relation.confcitySaint-Quentin-en-Yvelinesen
dc.relation.confcountryFranceen
dc.relation.forthcomingnonen
dc.description.ssrncandidatenonen
dc.description.halcandidateouien
dc.description.readershiprechercheen
dc.description.audienceNationalen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.date.updated2016-10-24T13:05:17Z
hal.person.labIds140237
hal.identifierhal-01393751*


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record