Afficher la notice abrégée

dc.contributor.authorTubaro, Paola
dc.contributor.authorSnijders, Tom
dc.contributor.authorMounier, Lise
dc.contributor.authorLazega, Emmanuel
dc.date.accessioned2009-07-13T07:44:08Z
dc.date.available2009-07-13T07:44:08Z
dc.date.issued2008
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/1096
dc.description.abstractfrLa problématique des relations entre normes et structures sociales est aussi ancienne que la sociologie elle-même. Dans cet article, nous explorons les effets d’une controverse normative sur l’évolution, au sein d’une organisation, du turnover relationnel entre les membres et sur la structure relationnelle qui en résulte. Notre illustration et nos analyses s’appuient sur des données empiriques recueillies pour une étude de l’évolution du réseau de conseil entre les juges du tribunal de commerce de Paris. Dans cette enquête, 228 juges (tous juges consulaires élus, provenant du monde des affaires et bénévoles) ont été interviewés sur leurs relations de conseil à l’intérieur du tribunal, mais aussi sur leur raisonnement et manière de prendre des décisions de justice, en particulier sur leur degré de punitivité dans des affaires de concurrence déloyale et d’attribution de dommages et intérêts. L’enquête a été réalisée selon un design longitudinal, avec trois mesures du réseau de conseil obtenues respectivement en 2000, 2002 et 2005. Nous testons statistiquement nos hypothèses sur l’effet des normes sur l’évolution de la structure et sur la dynamique de l’apprentissage intra-institutionnel à l’aide d’un des modèles les plus aboutis dans ce domaine, le modèle dit Siena (Snijders, 2001, 2005). Nos résultats suggèrent que les normes peuvent exercer des effets différenciés sur les comportements, mais seulement au travers d’effets intermédiaires sur la structure sociale. En particulier, dans des organisations caractérisées par une forte centralisation due à la hiérarchie formelle, l’orientation normative de la majorité des individus (ou des sous-groupes) tend à avoir un impact relativement faible sur la structure sociale et les comportements, se limitant à renforcer l’alignement sur les positions de la hiérarchie. Dans le cas présent, les normes sont plutôt liées à la structure à travers l’alignement sur les normes choisies par une élite de leaders d’opinions. D’une manière générale, la sélection relationnelle par les normes semble exercer des effets directs d’autant plus faibles que les hiérarchies formelle et émergente se confondent dans le contexte organisé. Nous considérons que cette approche de l’apprentissage par alignement épistémique et normatif dans les controverses procure des éléments nouveaux dans l’étude des relations entre normes, structure et comportement.en
dc.language.isofren
dc.subjectStatut socialen
dc.subjectNormesen
dc.subjectDynamique des réseauxen
dc.subject.ddc302en
dc.subject.classificationjelZ13en
dc.titleRéseaux et controverses : De l’effet des normes sur la dynamique des structuresen
dc.typeArticle accepté pour publication ou publié
dc.description.abstractenThe issue of the influence of norms on behaviour is as old as sociology itself. Institutional theorists, such as Selznick (1957), theorized this influence in terms of « precarious values ». This paper uses this classical view to bring in structure between norms and behaviour. To do this, we explore the selection effect (Snijders, 2001,2005) of a conflict of norms (a controversy) on the evolution of the advice network among lay judges at the Commercial Court of Paris and on their decisions. We use a jurisprudential case about unfair competition (material and « moral » damages), a case that we submitted to all the judges of this court. The controversy among them is about the extent to which they should be « punitive » in awarding damages, especially « moral » damages. We examine the criteria and norms that they refer to in their discretionary decision making in this case. Statistical analyses using Siena combine longitudinal advice network data collected among them with their normative dispositions. We show that, in spite of declaring themselves to be punitive, the majority of judges align themselves on judges with a law degree coming from the banking industry, who tend to be non punitive. We measure and model the selection effect of this norm on the evolution of the network, teasing out a « preferential attachment » effect in which bankers with a law degree become ever more central over time in these networks. This allows them to exercise a strong influence on the court’s judicial decision making. We argue that this approach of conformity and alignments in controversies provides new insights into the relationship between norms, structure and behaviour.en
dc.relation.isversionofjnlnameRevue française de sociologie
dc.relation.isversionofjnlvol49en
dc.relation.isversionofjnlissue3en
dc.relation.isversionofjnldate2008
dc.relation.isversionofjnlpages467-498en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.relation.isversionofjnlpublisherOphrysen
dc.subject.ddclabelInteraction socialeen


Fichiers attachés à cette notice

Thumbnail

Ce document fait partie de la (des) collection(s) suivante(s)

Afficher la notice abrégée