Show simple item record

dc.contributor.authorBarraud de Lagerie, Pauline
dc.date.accessioned2012-09-18T08:01:02Z
dc.date.available2012-09-18T08:01:02Z
dc.date.issued2009
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/10025
dc.description.abstractfrL’audit social est une pratique est apparue dans les années 1990, dans le sillage d’une croisade morale conduite par des organisations militantes contre des entreprises qualifiées de « socialement irresponsables », du point de vue de la qualité des conditions de travail dans leurs unités de production – notamment leurs fournisseurs dans les pays « à risques ». Dans le cas des audits dits « de fournisseurs » (ou « seconde partie »), ce sont les donneurs d’ordres qui sollicitent l’évaluation (interne ou indépendante) de la conformité sociale de leurs fournisseurs sur la base du référentiel de leur choix. Cela leur permet de « connaître » le niveau de qualité sociale de leurs fournisseurs, de le rendre public pour répondre à la demande d’information émanant des parties prenantes, et de s’en saisir pour prendre un certain nombre de décisions (portées par des convictions morales, par la crainte de l’opprobre publique, ou encore par la croyance en l’existence d’un lien entre qualité des conditions de production et performances industrielles…). Dans cet article, nous analysons le travail de mesure et de catégorisation réalisé dans le cas d’un dispositif singulier d’évaluation de la conformité sociale. Créée en 2003, BSCI est une initiative européenne réunissant aujourd’hui 70 distributeurs et marques qui s’engagent à faire auditer leurs fournisseurs par des cabinets indépendants, sur la base d’un référentiel commun et d’une procédure standardisée. Nous procédons à l’analyse détaillée de l’outil que BSCI fournit aux auditeurs, afin d’en exhiber l’impact sur les étapes de codage et d’agrégation et d’expliciter ce qui est effectivement mis en équivalence dans les classes finales. Nous nous penchons ensuite sur la façon dont la mesure de la qualité sociale ainsi construite est mobilisée dans la définition et la mise en œuvre, par les donneurs d’ordres, de mesures à l’égard de leurs fournisseurs.en
dc.language.isofren
dc.subjectConditions de travailen
dc.subjectResponsabilité sociale des entreprisesen
dc.subjectBilan socialen
dc.subject.ddc334en
dc.titleObjectiver la qualité socialeen
dc.typeChapitre d'ouvrage
dc.identifier.citationpages229-245en
dc.relation.ispartoftitleÉvaluer et valoriser‎ : une sociologie économique de la mesureen
dc.relation.ispartofeditorVatin, François
dc.relation.ispartofpublnamePresses universitaires du Mirailen
dc.relation.ispartofpublcityToulouseen
dc.relation.ispartofdate2009
dc.relation.ispartofpages306en
dc.subject.ddclabelEconomie socialeen
dc.relation.ispartofisbn978-2-8107-0029-5en
dc.relation.forthcomingnonen


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record